Eau vive

Je vous avais écrit quelques mots... vous souvenez-vous ?

29 juillet 2010

Je ne peux pas,

dis, tu m'entends ?

J'ai perdu le mode d'emploi qui me permettait de jouir sans y penser, mécanique dépolie aux hormones, sexe docile, mains aveuglées. Je ne sais plus tout cela. J'ai banni de mon con l'expression sacrée si galvaudée qu'ils utilisent. Presque à en hurler. L'amour, à faire, corps à corps. 
S'il vous plaît, non.
Vous m'écorchez vive, vous piétinez la tombe de mes amours défuntes. Baiser, coucher, mais pas faire l'amour !
Je ne sais plus faire l'amour, je ne sais plus qu'aimer.
Quand j'aime, ô, quand j'aimais,  ma peau électrique, mon corps chaviré. Aspirée jusqu'à me dissoudre dans le ruisseau de nos plaisirs, jusqu'à l'ivresse.


Pour commenter la note

  • De la poésie

    Ce texte c'est de la poésie pure je sent mon coeur vibré à toute allure lorsque je lis ce texte bravo !
    Je m'identifie à ce personnage si cru et désolant !

    Commenté par Roberte le 02 mars 2013 à 15:21
  • Merci Roberte, la poésie ne sont que de simples mots, saupoudrés d’émotions offertes en partage.

    Commenté par Oviv le 12 avril 2013 à 22:15

c'est ici...